Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Arrivez-vous facilement à vous prendre dans vos bras ?

La formulation peut surprendre la première fois qu'on la lit car si prendre une personne dans ses bras est relativement naturel pour la plupart d'entre nous, se prendre soi-même dans ses propres bras, de façon réelle ou imaginaire, l'est beaucoup moins.

 

C'est justement pour cette raison que je vous demande :

Arrivez-vous facilement à vous prendre dans vos bras ?

 

Vous pouvez essayer maintenant de vous enlacer dans vos propres bras. Qu'est-ce que cela vous fait ?

Prenez conscience que c'est vous-même qui vous « embrassez », qui vous câlinez. Si cette sensation n'est pas agréable, je vous suggère un petit temps de régulation émotionnelle, en fermant les yeux, et en portant votre attention sur les sensations présentes dans votre corps, le temps suffisant pour que celles-ci évoluent, sans contrôle ni a priori, jusqu'à apaisement.

Un temps de contact avec soi-même. D'autres diraient un temps avec soi-m'aime.

N'est-ce pas si agréable ? Peut-être même que ce geste, si vous le faisiez tous les matins aurait encore plus d'impact sur votre bien-être/ santé émotionnelle que de vous brosser les dents...

Nous sommes la personne avec qui nous allons devoir vivre le reste de notre vie, alors autant que ce contact avec nous-même soit agréable.

 

Deuxième expérience de contact : Imaginez que vous vous rencontrez, vous-même, en pleine rue. Quelle serait votre première réaction ?

Au delà de la surprise probable, quelle serait votre attitude envers vous-même ?

Intérêt, évitement, colère, tristesse. Auriez-vous envie d'être l'ami.e de vous-même ?

A nouveau, si la sensation causée par cette rencontre n'est pas agréable, n'hésitez pas à utiliser tout de suite votre capacité naturelle de régulation émotionnelle, en fermant les yeux etc...

 

Si cette rencontre vous semble plutôt agréable, c'est probablement que vous avez une bonne estime de vous-même. Que vous vous aimez, avec vos qualités et vos erreurs passées et à venir.

 

Si cette rencontre vous rend indifférent.e, ou qu'elle est désagréable, c'est probablement que votre estime de vous-même pourrait être nettement plus haute, tout en restant une personne aussi agréable que vous l'êtes maintenant pour la globalité des personnes qui vous entourent. Vous êtes peut-être très exigeant.e avec vous-même. Vous n'acceptez pas certains traits de vous-même. Mais ces émotions désagréables, en liens avec votre physique, vos comportements, ou votre passée, vous sont-elles réellement profitables ?

Pourquoi ne pas aimer vous regarder dans la glace ? Pourquoi ne pas aimer votre comportement par rapport à la nourriture, aux autres, ou encore à votre travail ? Vous êtes vous-même, vous avez le droit d'être ce que vous êtes, et de vous aimer pleinement pour cela, même si vous n'êtes pas Angelina Jolie, Bratt Pitt, Aung San Suu Kyi, Einstein, Lady Diana, l'Abbé Pierre, Natoo, Cyprien, Pikachu, La Reine des Neiges ou l'idole de vos rêves.

 

Même si nous ne naissons pas tous avec les mêmes cartes du jeu en main, nous sommes, en partie au moins, les créateurs, les créatrices de notre vie. Et l'estime de soi fait partie des choses importantes que nous pouvons changer en nous, pour une vie plus riche et plus épanouie.

Car si vous ne vous aimez pas vous-même, il y a de grandes chances pour que les autres aient aussi du mal à vous apprécier. Les émotions sont extrêmement contagieuses. Si vous êtes déprimé.e, triste, en colère, morose, ou en manque de confiance ou d'estime de vous-m'aime, beaucoup de gens auront tendances à vous éviter, ce qui parfois peut être une satisfaction. Mais avec ce faible niveau d'estime de vous-même, vous risquez aussi d'attirer un certain nombre de personnes difficiles à fréquenter pour vous.

Une estime de soi relativement basse a tendance à inhiber la personne dans sa vie personnelle. Et elle restreint la vision de l'univers de la possibilité (lien vers ce magnifique livre) qui s'offre à nous.

Alors que si vous respirez la joie de vivre, la confiance en vous et en l'avenir, vous attirerez beaucoup plus de monde, et vous aurez moins de mal à écarter de votre vie les personnes ou les situations désagréables.

 

Personnellement, la régulation émotionnelle a transformé ma vie. Je vous souhaite que la découverte de cette capacité à réguler vos émotions en 1 ou 2 minutes puisse avoir le même effet sur vous, ou que vous trouverez une autre façon de vivre vos émotions qui soit tout aussi légère et agréable (une autre approche psychologique, le sport, la musique, les images, les odeurs...). Mais retrouver l'estime de moi-même a été une étape très importante dans les moments difficiles.

 

Nous n'avons pas appris à nous aimer nous-mêmes suffisamment, au regard des quantités de personnes dévalorisées qui me consultent.

 

On chante facilement « Aimer à perdre la raison » (____) , mais moins facilement « s'aimer soi, même sans raison »,

 

« Aimer, c'est ce qu'il y a de plus beau » (____) , mais pas naturellement « s'aimer soi-même, que c'est bon »

 

«  Aimer c'est tout donner » (____) , mais « S'aimer, c'est tout se donner » ça vous dit quelque chose ?

 

« Aimer, jusqu'à l'impossible  » (____)

mais aussi « S'aimer soi, c'est possible même quand cela semble impossible »

 

« Savoir aimer, sans rien attendre en retour » (____) et « Savoir s'aimer soi-même, sans aller-retour ».

 

«  Love, is all you need » (____) et « love myself, is what I need most ».

 

« C'est tellement simple l'amour, tellement possible l'amour »(____) – et « C'est tellement simple de s'aimer soi-même, tellement possible l'amour pour soi ». 

 

« Je fais de toi mon essentiel » (____) ou « je fais de moi mon essentiel. »

 

Je pourrais en rajouter des dizaines mais ce petit échantillon de chansons souligne bien comme on a plus facilement chanté les louanges de l'amour des autres que celles de l'amour pour soi-même.

 

La peur d'être égoïste, ou hautain.e

 

Effectivement, aimer l'autre plus que soi-même est souvent valorisé comme de l'humilité.

Mais s'aimer soi-même malgré ses erreurs est aussi une marque d'humilité.

Par ailleurs, pourquoi être intransigeant.e avec soi, plus qu'avec les autres ? Ce désir de perfection de soi-même que l'on masque derrière le mot « humilité » n'est souvent en réalité qu'une forme d'orgueil et de dévalorisation imbriqués l'un dans l'autre. Cela n'a donc rien à voir avec de l'humilité.

 

Et oui, être un peu égoïste, ça peut être inquiétant. Pourtant, cela vaut le coup de savoir s'écouter. Car dire à quelqu'un quand on est soi-même à bout de souffle « non, je ne vais pas t'aider », c'est aussi lui dire « j'ai confiance que tu sauras trouver une solution par toi-même, ou quelqu'un pour t'aider ». « Je comprends que tu sois frustré.e, mais je sais que tu sauras dépasser cette émotion, et trouver les ressources pour dépasser ta difficulté ». C'est témoigner d'une confiance en l'avenir, et de sa foi en l'humanité.

Se dire à soi-même « j'ai le droit de ne pas être parfait.e », c'est une invitation à dire aussi à l'autre « Tu as le droit de ne pas être parfait.e » ce qui est une marque d'amour immense.

Dire à l'autre sans reproche « je n'accepte pas tes reproches trop réguliers, notre relation ne me fait pas du bien, je préfère qu'elle s'arrête là », c'est aussi une invitation à ce que l'autre puisse s'interroger sur la relation qu'il propose. Lui laisser la possibilité de changer, ou pas, est une énorme marque de respect. C'est aussi une invitation à soi-même d'avoir la confiance que l'autre pourra aussi devenir plus bienveillant. C'est se libérer de la rancœur envers l'autre. C'est donc travailler sur sa propre bienveillance envers les personnes en présence de qui nous avons souffert. Dans ce cas, c'est affronter notre peur de la séparation, ou de l'abandon, qui est une peur extrêmement puissante et dévastatrice pour certaines personnes. Si vous dépassez cette peur, vous devriez l'écrire en première ligne de votre CV, car c'est une réelle compétence qu'ont les personnes qui tiennent vraiment debouts quand tout s'effondre autour d'eux.

 

La plupart des gens n'aiment pas les personnes avec un égo surdimensionné, qui méprise un peu, voire beaucoup les autres. Ces mêmes personnes qui méprisent un peu, voire beaucoup, les autres généralement n'aiment pas les gens qui se rabaissent, mais elles sont moins nombreuses. On en déduit un peu vite qu'il vaut mieux avoir un égo un peu trop bas que trop haut. Je crois que c'est une erreur tout aussi malveillante. Malveillante envers soi puisqu'on se rabaisse au lieu de chercher à garder son estime de soi-même tout en respectant les autres. Malveillante envers ces « égoïtes qui méprisent les autres », car se rabaisser est une manière de leur dire « j'ai honte de vous ». En pensant « j'ai honte de vous » inconsciemment on juge ces personnes alors que l'on connait peu de choses de leur vie. Ont-elles seulement eu le choix d'être aussi hautaines ? Tout comme une personne se rabaisse instinctivement après avoir fait une erreur, instinctivement ces personnes rabaissent les autres, c'est la stratégie qu'elles ont mis en place pour survivre à leurs émotions désagréables.

Dans les 2 cas, rabaisser l'autre, ou se rabaisser n'est pas vraiment satisfaisant. D'autant que tour à tour, en fonctionnant ainsi nous allons successivement être dans une situation où je rabaisse l'autre (même intérieurement, en le jugeant par exemple), puis dans une autre situation où nous allons nous rabaisser nous-même.

En clair, si vous avez l'habitude de vous rabaisser, je vous invite à laisser tomber cette façon de faire avec vous-même, de la même manière que si vous le faites avec les autres.

 

Un échec vaut 2 victoires

 

Je ne sais pas si cette phrase a réellement un sens, mais elle a toujours fait partie de moi, et m'a considérablement soutenu dans les périodes difficiles de ma vie. Parfois je dis cela d'une autre manière : « Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j'apprends. »

La qualité des personnes qui réussissent vite, c'est qu'elles n'ont pas peur de se tromper. A l'école par exemple, elles n'hésitaient pas à poser une question, même idiote, aux professeurs. Leur soif d'apprendre n'était pas entravée par la peur de montrer qu'elles ne savaient pas quelque chose. Dans leur vie professionnelle elles vont aussi plus facilement poser toutes les questions qui les intéressent et qui leurs sont nécessaires plutôt que d'avancer sans comprendre ce qui est une stratégie qui est très couteuse quand un problème se produit, car notre manque de maitrise du contexte sera vite considéré comme de l'incompétence et nous amener éventuellement jusqu'au licenciement.

La culture américaine valorise beaucoup plus les échecs que la culture française. C'est probablement pour cela que les plus grandes entreprises mondiales sont américaines. Il y a chez eux une réelle culture du coaching, du feed-back systématique, qu'il n'y a hélas pas en Europe, même si parfois elle est un peu poussée à l'extrême outre-atlantique. Mais je crois qu'il y a vraiment à apprendre de leur manière de croire que tout est possible, quelque soient les difficultés que nous avons rencontrées.

Si je fais une erreur et que je n'en apprends rien alors dans ce cas, effectivement un échec n'est pas égal à une victoire. Mais pour apprendre de ses erreurs, il faut savoir accepter ses imperfections, savoir s'estimer comme vous êtes.

En cette nouvelle année, je vous souhaite d'être glouton de nouvelles expériences, d'apprendre de vos erreurs, de vous consoler un peu plus par vous-même pour aller plus rapidement vers la vie que vous rêver d'avoir. Les autres seront toujours là, et il n'y a pas de problème à leur demander du soutien. Mais cultiver son estime de soi, sa résilience et son envie d'apprendre toujours plus est une capacité que vous pouvez faire grandir dès aujourd'hui et jusqu'à la fin de votre vie, et qui aura une effet agréablement contagieux sur les personnes qui vous côtoient.

 

Faire des petits pas

Parfois, nous n'avons même pas l'énergie de nous prendre nous-même dans les bras, car nous ne nous en sentons pas capable.

Alors si vous prendre dans vos bras est trop difficile, commencez par simplement poser une de vos mains sur votre épaule opposée.

Si vous aimez aujourd'hui n'est pas dans vos moyens, alors osez simplement croire que ce sera possible un jour.

Si vous rencontrer vous-même, dans le miroir, ou de façon imaginaire comme je le propose n'est pas encore possible pour vous, alors essayez tout juste de tenir un sourire, 2 seconde aujourd'hui, puis 5 secondes demain, puis 10 la semaine prochaine etc...

Il y a beaucoup d'histoires d'amour qui commencent mal et qui finissent bien. Rien ne presse pour tomber amoureux de vous-même. Mais vous pouvez faire un pas dès aujourd'hui.

 

Belle vie amoureuse avec vous-m'aime !

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mimi 13/06/2020 21:32

J'ai peur de conduire parfois j'ai honte de le dire acause de ma peur je conduis mal je voudrais tellement conduire comme tout le monde????

Shana 10/06/2020 18:28

J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte et un blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers (lien sur pseudo) Au plaisir.