Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les maladies sont-elles un hasard ?

La science reconnait bien l'impact de nos émotions sur certaines maladies. A titre personnel depuis que je pratique la régulation émotionnelle je peux témoigner que mes maux de tête ont considérablement diminué. Une praticienne TIPI m'a raconté qu'après avoir régulé sa peur d'aller chez ses parents elle n'a plus fait d'infection urinaire en allant chez eux alors qu'auparavant elle en faisait systématiquement. Si vous écoutez des personnes atteintes de la maladie de Parkinson, les similitudes de caractère entre tous ces malades ''très ou trop gentils" sautent immédiatement aux yeux, alors que les malades atteints d'Alzheimer n'ont pas du tout les même caractéristiques psycho-émotionnelles, pourtant peu de recherches s'intéressent à l'origine émotionnelle de la maladie de Parkinson !

On reconnait couramment que les malades qui "se battent" guérissent mieux que les autres, ce qui illustre parfaitement le proverbe ''l'espoir fait vivre". La régulation émotionnelle m'a appris qu'une émotion n'était au fond qu'une réaction du corps qui disparait très rapidement si on laisse le corps la réguler de lui même. Alors jusqu'où peut-on faire un lien entre les émotions et nos maladies ?

De très nombreux témoignages de guérisons racontent que la maladie a été pour ces malades le déclencheur d'un changement de vie qui a été manifestement salvateur. Stephen Hawking, Michel Odoul, Nadalette La Fonta Six, Marthe Robin, Guy Corneau, David Servan-Schreiber, Michel Quoist... pour ne citer que les plus connus. Même si tous n'ont pas survécus à leur maladie, au moins ont-ils bénéficié d'une rémission inexpliquée. Mais j'ai également en tête les témoignages de dizaines de patients écoutés en séance ou sur internet dont certains sont ensuite devenus thérapeutes à la suite de leur guérison inattendue par le corps médical, mais pas impossible pour leur propre corps.

Cela semble tout à fait évident, si je m'empoisonne dans mon métier avec des produits toxiques, il m'est indispensable d'en changer pour survivre. De même, la maladie est une invitation au changement.

Au fur et à mesure que j'écoutais les personnes malades de mon entourage il m'a paru évident que la prise en compte des émotions sont un facteur largement sous estimé dans nos habitudes françaises de prise en charge de la maladie.

J'ai découvert le travail du Docteur Pierre-Jean Thomas Lamotte et des praticiens du CRIDOMH, en 2016 sur les origines émotionnelles et transgénérationnelles de nos maladies.

Fort de 40 années d'écoute des malades, ce neurologue aujourd'hui à la retraite, affirme notamment que :

" La cause primordiale d’une maladie ou d’une douleur est une souffrance morale qui n’a pas été exprimée".

Ce travail mené auprès de plus de 30 000 patients, l'a amené notamment à trouver une réponse à ces questions :

- Pourquoi telle ou telle pathologie (cancer, infarctus, maladies chroniques...) se développe chez une personne alors qu'elle n'a aucun facteur de risque pour cette maladie ?

- Pourquoi certains patients guérissent mieux que d'autres ? (patients "répondeurs" à certains traitements)

- Les maladies ne sont-elle pas une forme de conditionnement Pavlovien pathologique ? Si oui, peut-on se déconditionner pour favoriser la guérison ?

 

Quelle est l'étendue de l'expression

"S'en rendre malade"?

Très vite, en utilisant leur grille de lecture j'ai pu mesurer l'utilité pour les personnes malades de confier ce qu'elles n'avaient jamais raconté à personne et observer des symptômes physiques régresser et disparaitre à la suite de la confidence de ces mauvais souvenirs.

On trouve la plupart du temps une origine émotionnelle commune aux malades d'une même pathologie.

Par exemple un cancer du col de l'utérus sera associé à la fin d'une dévalorisation avec un (ancien) partenaire. Le parkinsonnien voit ses symptômes apparaitre à une période où il se reproche la mauvaise stratégie qu'il a choisi. Un malade d'Alzheimer commence à déprimer ou perdre la mémoire à la suite d'une séparation insupportable (mort, éloignement). Un mélanome de la peau apparait dans un contexte de difficulté du contact avec le père. Alors que les problèmes au gros orteil (goutte, halux valgus, mycose...) se mettent en place en lien avec une difficulté relationnelle avec la maman. Un syndrome du canal carpien apparait chez une personne qui a l'impression d'avoir durement travaillé pour rien. Un burn-out apparaitra précisément 6 mois après un imprévu. etc...

Ces liens entre le corps et l'esprit pouvaient m'apparaitre comme de la folie il y a encore quelques années. Aujourd'hui je base mon activité professionnelle sur l'écoute des malades, à la recherches des mauvais souvenirs qu'ils n'ont jamais raconté. Toutes les pathologies, y compris celles qui sont dites "héréditaires" semblent bien liées à une histoire émotionnelle non confiée. Dans un grand nombre de cas la confidence d'une culpabilité enfouie inavouée permet la disparition spontanée des symptômes, et pour les autres symptômes ces confidences semblent indéniablement nécessaires à une récupération rapide à la suite d'un traitement ou d'une opération.

 

Consultations

Si vous souhaitez faire ce travail de conscientisation des souvenirs désagréables que vous n'avez jamais ou pas suffisamment racontés en lien avec votre pathologie, je vous propose des entretiens pour vous accompagner dans l'évolution psychologique propice voire indispensable à votre retour à la santé.

Ces entretiens durent environ 1 heure à chaque fois.

Le prix proposé est de 50€/séance.

Ces entretiens ont lieu à mon domicile en région parisienne  à Alfortville (94), 47 rue Véron, ou éventuellement par Skype.
Pour prendre rendez-vous contactez moi au 07 69 35 81 28, ou par mail : admifred-lesemotions@yahoo.fr.

 

N.B : N'étant pas médecin je ne donne pas d'avis sur les traitements qui relèvent de la seule compétence de votre médecin.

 

Pour mieux connaitre le travail sur Dr Thomas-Lamotte vous pouvez vous rendez sur ce site : cridomh.com, ou consulter ces vidéos :

 

  Listes des maladies

Liste non exhaustive des pathologies sur lesquelles un travail de conscientisation de nos culpabilités inavouées se révèle particulièrement bénéfique :

 Ampullome, Algodystrophies, AVC.

Blépharospasme, Bartholinite, Bruxisme

Canal carpien, Cancers, Cirrhose, Cholécystite, maladie de Charcot

Dyshidrose, DMLA, maladie de De Quervain

Endométriose, Epicondylites, Epine Calcanéenne, Embolie pulmonaire,

Fibromyalgie, Fractures,

Glossodynie, syndrome de Guillain-Barré,

Hypertrichose, Hypomélanose progressive,

Les maladies infectieuses chroniques ou résistantes aux médicaments,

Kératose, Kyste polykystique,

Lymphome, Lipome, Lupus érythémateux, Leucémie.

Mélanome, Maladie de Cushing, Maladie de Crohn, Maladie de Horton, Maladie de Hirschsprung ,maladies de la Thyroïde.

Maladie de La Peyronie, Maladie de Marfan, Maladie de Lyme, Myélomes, Myosarcome,

Mésothéliome pleural,

Névralgie faciale,

Polyarthrite rhumatoïde, Psoriasis, Purpura, Purpura thrombopénique idiopathique, Phlébite, Papillomavirus, maladie de Parkinson

Sclérose en plaques, Spondylarthrite ankylosante, Syndrome des jambes sans repos (impatiences),

Syndrome de Goujerot-Sjögren,

Vitiligo,

 

Et bien d'autres... 

  

Partager cette page

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :